WE_prot_jeu2.jpgEnfin, le grand jour arrive. Suivant les consignes, j’ai repassé ma chemise, roulé serré mon foulard, refait mon nœud carré… J Bref, j’arrive un tout petit poil en retard (juste le temps de faire croire à Meera que j’ai oublié… Suis-je facétieuse !) mais c’est normal, c’était moi qui habite le plus près du centre UCJG du Rocheton (près de Melun) où a eu lieu cette rencontre. Heureusement, Marion nous a convoqués avec deux heures d’avance sur la réunion, elle connaît ses troupes. Mais voilà enfin le grand moment ; des scouts de toutes les couleurs arrivent par petits groupes : bleu vif, jaune, beige, bleu jean, bleu marine… Avec les chemises vertes, bleu ciel et grises de la délégation unioniste, cela faisait un beau camaïeu. Récapitulons : Eclaireurs Unionistes, Jeunesse Adventiste, Eclaireurs Evangéliques, Flambeaux-Claires Flammes, Porteurs de Flambeaux et Royal Rangers, nous représentions environ 10 000 scouts à nous tous.

WE_prot_groupe2.jpgNous avons été accueillis par Samuel Amédro, pasteur à Lyon et président de la Commission Jeunesse de la FPF (à propos de jeunesse, ça me rappelle la mienne : on s’était croisés à Serrières à l’époque où c’était la base arrière des stages de form’ nationaux…), par Geoffroy Perrin-Wilm, en charge notamment du Grand Kiff pour la Fédération (tiens, il était aussi directeur du stage que j’ai fait à Pâques cette année…), par Benjamin Mengado, chargé de projets jeunesse au Defap (oh oh, ne l’aurais-je pas déjà vu avec un foulard ?) et par Nicolas Coiffier, chargé des projets Jeunesse de la Fédération de l’Entraide Protestante (mais… est-ce que ce n’est pas mon coordo préféré, celui-là ?)… Bref, ce n’était pas tout à fait une Terra Incognita. Un pasteur alsacien de la commission Jeunesse était là aussi, comme observateur non scout, parce que les quatre autres, hein, ils étaient un peu grillés sur ce plan-là…

WE_prot_jeu1.jpgBon alors, venons-en aux faits. Pour commencer, il faut que je vous dise que c’était avant tout un super week-end. Ok, on a travaillé, c’est sûr, mais comme on était entre scouts, on a beaucoup joué pour travailler, on a aussi joué pour jouer, on a surtout rigolé comme des bossus, et on s’est fait une série de chants autour d’un grand feu de bois avec un paquet de bonbons chimiques roses et blancs et tout mous que vous connaissez bien (mais pas de pub). Sans rire, il y en avait quelques uns qui n’avaient jamais fait griller ces trucs-là sur un feu ! On les a rapidement initiés… A part ça, nous avons eu des temps de présentation de nos projets éducatifs (et, mine de rien, on fait quand même tous du scoutisme, même si on n’exploite pas tous de la même manière tous les outils de la méthode), des temps de partage sur nos projets spi (et nous avons pu constater que nous couvrons à nous tous une bonne partie de la diversité du monde protestant français), un temps de formation sur la non-violence, et, bien sûr, un temps de louange conduit par l’un des cadres de la Jeunesse Adventiste.

WE_prot_chant.jpgAu moment de nous quitter, nous avions bien sûr déjà envie de nous revoir ; car, comme on dit dans le mouvement œcuménique, ce qui nous différencie ne nous sépare pas. Alors, un bon conseil : n’hésitez pas à aller chercher sur l’intranet des EEUdF la carte des groupes locaux des mouvements de scoutisme protestant. Si vous en trouvez un près de chez vous, heureux veinards (il y aura peu d’élus…), prenez le temps de rencontrer les responsables, et si le courant passe bien, pourquoi ne pas prévoir une activité commune dans l’année ? C’est sympa d’élargir le groupe pour un jeu ou une action service, et puis c’est toujours enrichissant de rencontrer des gens différents, parce qu’on a toujours à apprendre les uns des autres.

Corinne Bitaud, cadre local en IDFSE