1. Coordination de l’aide scoute internationale

A partir d’aujourd’hui, l’aide scoute internationale est coordonnée sur place par l’association nationale des Scouts de Haïti, opérateur local naturel, avec le soutien des Scouts et Guides de France et du Bureau Mondial du Scoutisme.

Partenaires historiques, les Scouts et Guides de France ont envoyé une mission de reconnaissance qui arrive aujourd’hui à Port-au-Prince (voir point 3). Il est à noter que l’association française a décidé de couvrir tous les frais de cette mission, afin de ne pas affecter l’intégrité des dons versés.

Le Bureau Mondial du Scoutisme coordonne les propositions de soutien des organisations scoutes nationales (voir point 5) et gère l’appel international aux dons (voir point 6) ainsi que les relations avec les opérateurs humanitaires internationaux (voir point 3).

Les scouts haïtiens peuvent compter sur l’île, sur l’appui de l’association scoute de Saint-Domingue qui a accepté de mettre à disposition ses locaux pour ouvrir une base logistique. Depuis deux jours, l’association des scouts dominicains a œuvré à la préparation de la mission, en relation étroite avec les Scouts et Guides de France et le Bureau Mondial du Scoutisme. Ses contacts au plus haut niveau de l’état et du système des Nations-unies dans l’île, ont permis de sécuriser les objectifs de la mission.

2. Les Scouts haitiens en action

Ayant eu à vivre les conséquences douloureuses de plusieurs catastrophes naturelles, les scouts haïtiens ont acquis une compétence qu’ils mettent à nouveau à disposition de la population du pays. Des centaines de scouts se présentent régulièrement chez le Président de l’association, Gérard-Marie Tardieu, pour se mettre à disposition et accepter des missions de secours aux victimes. Voici quelques unes des actions qui ont été entreprises telles qu’elles ont été rapportés par nos frères et sœurs scouts haïtiens (se référer à la carte).

Les scouts de Jacmel ont aidé les pompiers à rechercher et sauver des victimes sous des décombres. Ils ont également aidé à la distribution de la nourriture et de l’eau aux victimes.

Les scouts de Saint-Marc ont mis sur pied une clinique de circonstance pour apporter des premiers soins aux victimes blessées venant de Port au Prince.

Les scouts du groupe Saint-Georges et de Caleb ont aidé plus de 200 blessés à regagner la frontière de la République dominicaine avec leurs voitures privées, afin qu’ils se fassent soigner, malgré le coût très élevé d’un galon (environ 6 litres) de carburant (entre 7 et 8€). Ces deux groupes, grace aux membres de leur comités locaux, ont pu héberger et nourrir beaucoup de victimes chez eux.

Les scouts du groupe Gédéon de Carrefour ont sorti des décombres environs 300 personnes décédées et ont pu sauver 725 autres. Ils ont fabriquer des cercueils pour enterrer une douzaine de scouts morts. De plus, ils ont creusé une fosse commune pour enterrer 150 personnes décédées.

Il y a une volonté manifeste de tous les scouts du pays pour venir en aide à la population victime du séisme, qui a presque détruit Port au Prince, Petit Goave, Leogane, Jacmel, et Grand Goave. Malgré cette volonté, ils ne disposent d’aucun matériel sinon de leur propre volonté de servir.

Lors de la précédente catastrophe naturelle provoquée par les cyclones en 2008, les scouts Haïtien ont pu agir sur trois sites particulièrement touchés par la catastrophe (Gonaïves, Cabaret et Chansolme) avec les soutien de : l’Ambassade de France en Haïti, le Programme Alimentaire Mondiale, l’Unicef, la plateforme d’associations franco-haïtienne, Electriciens Sans Frontières, la Pastorale Universitaire, et bien d’autres partenaires.

Haïti en 2008, voir l’histoire

3. Le Scoutisme avec la Croix-Rouge et les Nations-unies

La mission de reconnaissance envoyée par les Scouts et Guides de France a quitté Santo Domingo à 6 heures (locales) ce matin. Elle compte un logistien, ancien coopérant en Haïti, un reporter-photographe, et un chargé de Relations issue du Movimiento Scout Católico d’Espagne, par ailleurs responsable d’un projet de coopération à Saint Domingue.

La mission scoute était intégrée dans un convoi de la Fédération internationale de la Croix-Rouge. Elle s’est ensuite jointe aux représentants de la Minustah (Nations-unies) à la frontière. L’arrivée à l’aéroport de Port-au-Prince était prévue aux alentours de 17 heures. La mission a été transportée par un véhicule du ministère de la Jeunesse de la République dominicaine, qui a envoyé un chargé de mission qui fera le lien avec le ministère de la Jeunesse haïtien.

Dès son arrivée, la mission fera le lien avec les représentants du Scoutisme haïtiens, et s’attachera à confirmer les partenariats avec les agences des Nations-unies. Le représentant de la Minustah à Jacmel a fait savoir que “les scouts sont la seule association de jeunesse efficace avec laquelle nous pouvons travailler malgré tout”. Cette efficacité sera renforcée par le matériel logistique apportée par la mission scoute française, premier apport mis à disposition des scouts haïtiens grâce aux dons collectés depuis une semaine.

A Genève, l’OMMS travaille au renforcement de ces relations avec les partenaires naturels du Mouvement que sont les agences des Nations-unies (OCHA; UNICEF, HCR) et la Croix-Rouge, tout en poursuivant l’appel international aux dons.

4. Soutenir les besoins d’urgence

Un compte bancaire spécial a été ouvert par le Bureau Mondial du Scoutisme, garantissant l’utilisation des dons. L’aide alimentaire, les produits d’hygiène, les médicaments, et les matériaux nécessaires, sont achetés par les scouts haïtiens afin de limiter les coûts de transport et leur stockage. L’action sera ainsi plus sûre et plus rapide.

Dans les heures qui viennent, l’analyse des besoins d’urgence des scouts haïtiens sera confirmée et diffusée aux organisations scoutes nationales qui ont signalé leur souhait d’aider.

5. Soutenir l’action de reconstruction post-urgence

Comme toujours dans les crises humanitaires, l’action d’urgence est suivie par une longue période de réhabilitation et de reconstruction. Jouissant d’une longue expérience de travail avec le systèmes de Nations-unies et d’autres opérateurs humanitaires, les Scouts d’Haïti seront les acteurs naturels de l’action en direction de la jeunesse de leur pays. Ils auront besoin de vous.

Dans les jours à venir, la coordination scoute fera aussi l’analyse des besoins post-urgence, afin d’établir d’un plan d’action pour la reconstruction. Vous pouvez d’ores et déjà signaler votre intention de soutenir l’action de reconstruction auprès du point focal du Bureau Mondial du Scoutisme : haiti-solidarite@scout.org

6. Appel international aux dons

Que ce soit pour l’aide d’urgence ou pour la période de reconstruction, vous pouvez envoyer vos dons à :

Bureau Mondial du Scoutisme
Haiti Solidarité UBS
CP 2600 
1211 Geneva 2

Switzerland IBAN : CH980024024039633710T
SWIFT : UBSWCHZH80A

Vous pouvez également effectuer un don en ligne

Une forme sécurisée de transfert de fonds est en train de se mettre en place avec la remise en marche du système bancaire haitien.

7. Soutenir l’aide humanitaire internationale

Si vous choisissez de soutenir l’action des opérateurs humanitaires, nous vous recommandons de vous rapprocher des partenaires traditionnels du Mouvement scout (Croix rouge, UNICEF) qui sont organisés et qui disposent de l’infrastructure nécessaire pour coordonner le soutien à Haïti depuis vos pays. Il est inutile de donner ou de vouloir envoyer des produits ou des denrées qui ne sont pas de première urgence. Conformez-vous aux demandes des urgentistes.

8. Contacts au Bureau Mondial du Scoutisme

Pour toutes vos suggestions, vos besoins d’information, vous pouvez joindre le point focal de l’opération au Bureau Mondial du Scoutisme, à l’adresse suivante :
haiti-solidarite@scout.org

9. Toute l’information sur un blog spécial

Accessible depuis le site du Scoutisme mondial, un blog spécial permet de suivre quotidiennement la progression des secours, le travail des scouts haïtiens, et le travail de la mission.

Adresse du blog : www.scout.org/blogs