On continue avec le témoignage de Simon sur son engagement au sein de l’Eglise

Tout a commencé par un dialogue, au sein de la faculté de théologie protestante de Paris, avec une amie étudiante un jour froid mois de février 2010 : pour le prochain week-end de louveteaux, elle manquait de responsables et me demanda si je voulais venir. J’étais un peu retissant au début, devant son insistance j’acceptai, mais en précisant bien que ce sera juste pour ce week-end ! Résultat, un an plus tard, j’étais toujours responsable dans cette même meute !eu

Bien sûr, le scoutisme était un monde qui ne m’était pas inconnu : Mes parents avaient été engagés dans la FEEUF, responsables louveteaux et éclaireurs, formateurs, c’est d’ailleurs en stage de formation qu’ils se sont rencontrés. On peut donc dire que le scoutisme est affaire de famille chez nous. J’avais été louveteau, fait quatre camps, puis pour diverses raisons, j’avais décidé de ne pas passer aux Eclaireurs. J’ai donc passé mes vacances d’été différemment : pendant que mes frères faisaient leur camp louveteaux et éclais en juillet, moi je faisais de mon côté des camps organisés par différentes associations protestantes pour les jeunes. Ce sont ces camps, les rencontres que j’y ai faites, les moments de partage que j’ai eu, l’approche de la foi qui m’ont, peu à peu, fait revenir dans l’Eglise à un moment où je l’avais quitté (pendant mon adolescence) puis m’engager dans des études de théologies, avec, au cours de ces études, une envie de devenir pasteur qui se précisait. Et puis, d’un seul coup, le scoutisme m’a rattrapé. Dés lors, j’ai rattrapé le wagon en marche, et j’ai continué à lier les responsabilités scoutes et ecclésiales. Mes engagements dans l’Eglise étaient donc les suivants: animateurs de deux groupes de catéchisme (pour les 11-14 ans), puis membre du comité d’organisation pour le week-end régional des jeunes de la région parisienne qui s’appelle « Pierrefonds » week-end au quel des EEUDF de la région Ile de France participent avec implication depuis deux ans maintenant. Actuellement, je continue ces engagements, avec ces deux casquettes, dans d’autres endroits de la France, mais toujours avec le désir de relier le scoutisme avec la vie d’Eglise ; Je sais que cela n’est pas forcément facile, d’un sens comme dans l’autre. Sans rentrer dans les détails, cela est, à mon avis principalement dû à deux facteurs : une méconnaissance souvent de l’esprit l’un et de l’autre, et la présence des personnes s’impliquant dans le scoutisme sans avoir de lien avec l’Eglise, ni le protestantisme en général. Je constate d’ailleurs une recrudescence de ces cas ces dernières années, du au constat que les Eglises sont en récession de fidèles, et que l’on peine à recruter des responsables. Nous pouvons regretter, et il m’arrive, hélas, encore d’en faire le constat que certains groupes n’ont de liens avec l’Eglise que les locaux…

eeudf En ce qui me concerne, même si je fais fi de ces difficultés, mon double engagement est pour moi une richesse : je constate même souvent, que dans les Eglises, les responsables des groupes de jeunesses sont souvent bien vus et bien accueillis quand ils disent qu’ils sont aussi actifs dans le scoutisme. Cela est positif, car ça reflète du gage de sérieux que proposent les EEUDF dans leurs projets et leur pédagogie. Cette expérience m’a aussi offert des facilités, notamment dans l’organisation d’animations à la fois pour les enfants dans l’Eglise que pour les louveteaux. Cela m’a concrètement apporté dans l’organisation globale de week-end et de journées avec les catéchumènes que j’ai animés. Il est aussi l’occasion de faire de l’animation à l’année, auprès d’un public varié : quel plaisir et quel bonheur ! Bien sûr, je tiens compte que ce ne sont pas les même objectifs : pour les louveteaux, c’est d’abord l’éducation par le jeu et l’apprentissage, alors que pour les enfants de l’école biblique ou du catéchisme c’est la transmission de la Bonne Nouvelle par des moyens ludiques, mais en veillant à un apprentissage et des acquis. Beaucoup d’objectifs sont sensiblement les mêmes, mais cette prise de vue différente est enrichissante pour notre itinéraire personnel. A chaque fois, dans ces deux situations, je peux me demander : ais-je fais ce qu’il fallait pour transmettre ma foi ? Est-ce que quelque chose à germé dans le cœur de ces enfants ?

erf5 Car oui, des questions, il y en a. Des responsabilités et des décisions importantes aussi. Car tout n’est pas facile : il faut, dans les deux côtés, faire des concessions avec mes collègues : mon double engagement réduit forcément ma disponibilité d’implication dans ces deux groupes. Mes week-end sont toujours chargé, il arrive parfois que ce soit éprouvant. Il faut aussi que j’arrive à jongler avec les dates et les emplois du temps, ce qui est toujours casse-tête… Mais tout cela est compensé par des forts moments de joie et d’expériences inoubliables : quand j’ai vu ces louveteaux qui ont participés à la fête de noël de la paroisse en chantant un chant et on faisant les figurants du spectacle alors que la grande majorité d’entre eux n’était jamais entrés dans un temple ! Quand j’ai vu ces jeunes de 14 ans chanter d’une même voix le cantique des patrouilles en commun avec les éclaireurs lors du week-end de Pierrefonds ! Ces moments vécu, aussi brefs qu’ils soient, regorgent d’intensités, de souvenirs, d’émotions, et de rêves. Les rêves que nous pouvons bâtir ensemble, et que nous pouvons espérer. Espérer à un monde plus juste, meilleur, ou la solidarité et l’amour l’emporteront sur la compétition et la rivalité. Ceci est dans la Bible, est se trouve aussi dans le projet des EEUDF.

Dans quelques années, si tout vas bien, je serai pasteur. Il me reste encore du chemin à faire, des objectifs et des expériences à réaliser. Ces objectifs et projets soient que, dans mon ministère, les jeunes, scouts et non scouts puissent collaborer ensemble ; jouer, imaginer, inventer, rêver. Vivre, tout simplement.

Simon

Vous pouvez aussi nous faire parvenir vos témoignages a temoignages.eeudf@gmail.com pour parler l’engagement au service de la société