Voici maintenant le temoignage d’alexis, membre du parti socialiste

29 mai 2005: référendum sur la constitution européenne, j’ai 16 ans, je viens de me faire renvoyer (temporairement) du lycée pour cause de manifestation étudiante, je suis place de la Bastille pour fêter les 55% en faveur du NON. Dans les jours qui suivent, je décide de prendre ma carte au parti socialiste. Septembre 2006, après 10 années en tant que jeune dans le mouvement des éclaireurs unionistes, je deviens responsables louveteaux. J’ai 17 ans.
ps Quel rapport entre ces deux moments? Il s’agit tout simplement de mes premiers engagements adultes. Il s’agit de mes premiers actes militants, de ce moment où je décide d’agir dans la société. Ne plus être victime de l’ordre établi mais agir pour changer le monde. Traduire par le politique les aspirations au changement, à la réappropriation de notre destin commun.

Ce qui m’amène à m’engager en politique, à penser que je suis légitime pour le faire, c’est parce que je partage une vision optimiste de l’homme : que je pense mon prochain avant tout un coopérateur et non un adversaire, que l’autre est frère avec qui j’ai tant à bâtir, que la société ne peut et ne doit se réduire à des échanges économiques. Bref que l’homme est bon et est fait pour construire société.

Et cette vision de l’homme, c’est dans le scoutisme, dans la fraternité que je la pense, que je la découvre ou du moins que je me l‘imagine. Parce que le scoutisme m’a appris que l’on pouvait vivre différemment, sur d’autres principes, notamment la bienveillance et surtout qu’on avait le droit d’être révolté, j’ai fait mienne l’idée de « changer le monde ».

Ce que j’aime dans ce mouvement, c’est sa capacité à me faire vivre un engagement fidèle à mes valeurs sans pour autant penser que le projet du mouvement est de gauche. C’est son ambigüité, sa diversité qui me plait tant, qui m’énerve aussi parfois. Alors je construis un engagement double basé sur la complémentarité, trouvant dans l’un, les manquements à l’autre et vice versa. electeur

Je ne pense pas partager les mêmes valeurs dans mes deux engagements, pensant avant tout le PS comme une modalité de l’action (la transformation par la réforme des aspirations légitimes au changement) mais je sais que chacun nourrit l’autre et me permets de poursuivre mon engagement .

Aujourd’hui, je ne peux penser ses deux engagements citoyens, mes choix adultes, séparément.

Vous pouvez aussi nous faire parvenir vos témoignages a temoignages.eeudf@gmail.com pour parler l’engagement au service de la société