Marc, en quelques mots, quelles sont vos fonctions au sein de la nouvelle église * ?

Je suis secrétaire national d’animation des réseaux jeunesse de notre Église devenue l’Église protestante unie de France (EPUDF) depuis le 1er janvier 2012. Une part importante de mon ministère est de préparer le Grand Kiff 2013 qui aura lieu à Grenoble du 26 au 30 juillet. Je représente également l’Église protestante unie dans certains comités de pilotage : je peux citer le carrefour de l’engagement, auquel participent également les EEUdF, ou le projet Ze Bible. Pour résumer, je suis comme une courroie de transmission entre l’Eglise, les animateurs, les pasteurs, les œuvres et les mouvements de jeunesse !

Quelle place occupe la jeunesse dans l’EPUDF ?

Je dirais que c’est celle qu’on leur offre et celle qu’ils osent prendre. A des jeunes qui se plaignaient que l’Église était trop ceci et pas assez cela, j’ai dit : « et toi quelle part prends- tu ? Lui donnes-tu ce que tu peux lui apporter ? L’Eglise est un corps dans lequel chaque membre a sa place, alors pour que ce corps soit un jour « canon », il faut que chaque membre tienne sa place ». Pour cela, nous devons rester en permanence à l’écoute et accompagner les jeunes et les moins jeunes. C’est là qu’un événement comme le Grand Kiff prend justement son sens : il rend aux jeunes une place visible, car ils sont l’Église d’aujourd’hui.

Pourquoi la spiritualité est-elle importante lorsqu’on est jeune ?

D’abord, il me semble que la spiritualité peut participer à son édification personnelle, c’est-à-dire à se construire, acquérir des valeurs. Pour moi, la foi et la spiritualité sont d’abord de l’ordre du vécu, qui passe également par la rencontre avec les autres, avec l’Autre et avec le Christ. En camp ou lors des échanges autour de la Parole, l’expérience du « vivre ensemble » peut nous guider aujourd’hui comme demain à faire les bons choix. Et justement pour faire des choix, il faut pouvoir se donner un éventail large de possibilités et je pense que la découverte en permanence d’un chemin spirituel nous y aide. Ce chemin on se le construit à travers son expérience. Je trouve par ailleurs super pour les jeunes d’acquérir une expérience spirituelle à travers un dialogue autour de l’Ecriture.

Comment voyez-vous l’interaction entre les Mouvement et l’Église ?

Au-delà de l’identité protestante qui nous est commune, les EEUdF offrent la proposition d’un vivre ensemble enrichissant et une pédagogie de l’engagement à travers les responsabilités que les jeunes prennent au fil des activités. Ainsi l’Eglise peut aider les EEUdF à partager le caractère habité de l’Écriture. Reste ensuite à chacun sa liberté de le vivre dans une dimension de foi ou de non-foi. On peut également imaginer qu’elle puisse mieux accompagner cette lecture afin de susciter l’ouverture et le questionnement nécessaires, et permettre à chacun de trouver ses réponses. Rien n’empêche ensuite de prolonger la rencontre pour celui qui le souhaite dans un autre cadre comme celui de l’Église où la dimension de la foi est plus explicitement posée.

  • EPUDF : Église Protestant Unie de France, née en 2012 de la fusion de l’Église Réformée de France et de l’Église Luthérienne de France.

Propos recueillis par Altersources