Les EEUdF se réjouissent de cette démarche d’union qui n’est pas, pour reprendre les mots de Laurent Schlumberger, président du Conseil National de cette Église, « le fruit -d’une- stratégie habile et mûrement calculée », mais l’affirmation d’une « confiance reçue, une confiance qui fait vivre, une confiance qui engage ».

A l’occasion de son discours, Laurent Schlumberger, lui-même ancien membre actif de notre association, a fait plusieurs déclarations qui résonnent parfaitement avec le projet du Mouvement.

Ouverture aux autres

Il a ainsi affirmé que l’Église Protestante Unie de France récuse « les postures identitaires dans le champ social » et que « nous sommes appelés à vivre une hospitalité confiante, surtout à l’égard des humiliés, de celles et ceux que l’on désigne si facilement et à bon compte comme dépendants, incapables, fragiles, assistés, losers de toute nature ».

Être des témoins dans le monde

Dans le même esprit, il a invité le protestantisme à passer « de la connivence au partage, de l’entre-soi à la rencontre, d’une Église qui se sert les coudes à une Église qui ouvre les bras. D’une Église de membres à une Église de témoins. » Dans cette perspective, il a notamment insisté sur la nécessité, pour l’Église Protestante Unie de France, de « renforcer les liens avec les associations et mouvements d’origine protestante ».

Servir et s’engager

Il a évoqué enfin ce thème cher au scoutisme : « il y a du bonheur à servir les autres, à s’engager pour eux. Pourtant, tout nous pousse à n’avoir le souci que de soi. (…) Mais nous croyons – et bien plus : nous éprouvons – qu’il y a du bonheur à servir plus qu’à se servir. C’est le service qui tisse patiemment la confiance. »

Les EEUdF, invités à assister à ce Synode, ont également été très présents au cours de cette journée inaugurale. Le groupe local de Lyon Confluence a tenu un stand dans le village des associations ouvert au public et y a animé un moment spirituel, tandis qu’Elsa Bouneau, présidente du Mouvement, a été appelée, aux côtés de représentants des Églises, à participer à la bénédiction du Conseil National de l’Église Protestante Unie de France en procédant au geste rituel de l’imposition des mains.

Les EEUdF se réjouissent de cette d’union, symbole de fraternité qui prouve qu’il est toujours possible de dépasser les divergences et les oppositions par l’écoute et la confiance. En tant que mouvement scout, une telle démarche ne peut que nous inspirer.

Adrien Chaboche, Secrétaire général des EEUdF

Télécharger les discours du service inaugural de l’Eglise Protestante Unie de France du 11 mai 2013