Adrien_chaboche_redim_news.jpgAdrien, tu as participé à la dernière conférence européenne. Comment s’organise-t-elle ? Qui participe à ce grand rassemblement européen ?

L’édition berlinoise a réuni pas moins de 270 délégations issues des 39 organisations scoutes européennes présentes à l’évènement. Lieu d’échanges, de rencontres et de débats, elle est articulée sous forme de 2 temps de conférences séparés OMMS et AMGE, et une partie de conférence commune. Notre association est membre des deux organisations, les garçons étant rattachés à l’OMMS et les filles à l’AMGE. Il faut préciser toutefois que notre adhésion à ces organisations internationales se fait via le Scoutisme Français. C’est donc en tant que membres de la délégation du Scoutisme Français qu’Elisabeth Mesnil et moi nous sommes rendus à Berlin.

Et justement quels étaient les enjeux de l’édition 2013 ?

La démarche est la même à chaque conférence européenne : dans un premier temps, chaque conférence évalue et adopte son rapport triennal et approuve un plan d’action qui sera mené sur 3 ans. Il s’agit dans un deuxième temps d’élire les comités européens de l’OMMS et de l’AMGE. Ces comités sont composés de bénévoles issus des différents mouvements scouts de la région qui s’engagent à porter le plan d’action voté pendant les conférences.

C’est aussi l’occasion pour les différentes organisations nationales de présenter des résolutions à l’assemblée. Cela permet d’évoquer des sujets d’actualité à l’échelon international. Cette année, nous avons beaucoup débattu de la relocalisation du siège du bureau mondial de l’OMMS dans le cadre de la conférence qui lui était dédiée. La France a d’ailleurs su porter une parole forte sur ce sujet en mettant en avant l’importance, dans le choix du pays d’accueil de ce bureau mondial, du respect des droits de l’Homme par ce pays. Nous avons été entendus et la résolution portant cette préoccupation a été approuvée à une très large majorité.

Notre présence a par ailleurs été bénéfique aux EEUdF car rappelons-le, le lieu est propice aux échanges et aux rencontres ! Nous avons profité de l’occasion pour créer des liens et nourrir des contacts et des relations internationales. Tout l’enjeu pour les EEUdF cette année était de rencontrer les associations issues de la mouvance protestante pour réactiver un réseau de mouvements protestants à l’échelle européenne et, et peut-être à terme à l’échelle mondiale.