Une nouvelle idée clé : accueillir les sentiments de l'enfant.

Situation_11_case_1.jpg Situation_11_case_2.jpg

Devant un enfant en détresse, on cherche souvent à le consoler. On minimise son chagrin, on trouve des excuses, on propose nos solutions... Et si vous preniez le parti, simplement, d'écouter ce que l'enfant a sur le cœur ? Après tout, c'est lui qui sait si ce qu'il vient de vivre est grave pour lui, s'il est triste, ou furieux...

Situation_11_case_3.jpg Situation_11_case_4.jpg

Accueillir les sentiments de l'enfant, c'est le considérer comme une personne autonome, l'aider à se rassurer sur le fait que ce qu'il ressent est normal. C'est aussi, par ricochet, favoriser son estime de soi.

Cette réflexion fait-elle écho avec le vécu d'un de vos camps ? Partagez vos expériences avec nous (CoPaix_at_eeudf.org/remplacer_at_ par @).

Rendez-vous prochainement pour une nouvelle habileté ! La Commission Éducation à la Paix remercie chaleureusement Valérie Michel pour la réalisation de ce dessin.