Une idée-clé : « ne supprimez pas l'espoir ! »

En cherchant à protéger l'enfant d'une déception, on le « protège » aussi de l'espoir : il risque de renoncer à l'effort qu'il s'apprêtait à faire, et s'il n'essaie pas, il est sûr de ne pas réussir.