Mot-clé - Fiches pratiques

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 22 octobre 2012

Et si nous avancions dans la pratique et la culture de la délégation ?

Illustration_delegation

Parce qu’il est impossible « d’être au four et au moulin », responsables et cadres doivent savoir déléguer de manière efficace.

Ce qui est facile à dire, l’est toujours moins à faire, mais il est essentiel de comprendre les enjeux de la délégation. Cette démarche peut permettre, d’une part, d’attribuer à chacun des missions spécifiques, et d’autre part, d’exploiter le potentiel des délégants et de cultiver d’autres talents.

Le kit consultable dans cet article à l’ambition de définir précisément le rôle du délégant et du délégataire et vous propose un certain nombre de clés utiles à toute situation de délégation : qu’est-ce que déléguer ? Pourquoi ? à qui ? comment ? Il s’agit également de comprendre certains freins connus à ce type de collaboration et de vous donner quelques phrases à méditer afin d’éviter les pièges !

Et qui dit kit technique dit document réutilisable sur le terrain ! N’hésitez pas à vous référer au schéma « Etapes de la délégation » ou à la page d’aide au suivi d’une délégation. Et comme l’annonce si bien le kit, la démarche est plus que jamais constructive et épanouissante si la délégation est maîtrisée : elle devrait vous permettre d’accéder à plus d’autonomie, de responsabilité et de solidarité.

Consultez le kit délégation ici

jeudi 30 août 2012

La petite casserole d'Anatole

Couverture_la_casserole_danatole

La rencontre et le respect de la différence sont au menu de notre programme d’action national, mais le sujet n’est pas forcément facile à aborder avec les enfants, surtout en branche cadette.

Voici un album qui traite la différence de manière métaphorique, sous la forme d’une casserole accrochée à Anatole, qui le suit, et le gêne partout, envahit sa vie… jusqu’à ce qu’il découvre que chacun a sa propre casserole, qu’on peut l’apprivoiser, vivre avec, et même en faire une richesse.

Des dessins simples et naïfs, des textes courts que même les plus jeunes louveteaux les plus jeunes pourront lire, et un ton juste, un message positif, donnent à ce livre toute sa place dans la bibliothèque de la meute.

Et pourquoi ne pas en faire un support d’animation, autant pour aider les enfants à déveloper leur estime de soi que pour se préparer, justement, à rencontrer des publics “différents” ?

Jérôme Kasparian

La Petite Casserole d’Anatole, d’Isabelle Carrier - Bilboquet.

vendredi 24 août 2012

La visite de camp, garante de la qualité de la formation du Mouvement

Viste_de_camp

Appréhendée par les responsables et chefs de camps, la visite de camp est pourtant une étape clé de la formation pour celles et ceux qui encadrent les plus jeunes. Pourtant, le visiteur est avant tout un formateur qui vient aider, soutenir, former et évaluer les chefs de camps (et les responsables). Il suit un certain nombre de principes déontologiques chers aux EEUdF …

Les étapes de la visite

La visite débute par une visite du lieu de camp, le plus souvent avec le chef de camp. Cette première étape est l’ occasion de sonder l’ambiance, de vérifier que les normes d’hygiènes sont respectées, en résumé, de se faire un avis général sur le camp. Le visiteur participe ensuite au repas et parfois à l’activité de l’après-midi. Il peut dans certains cas apporter son aide durant les installations, les courses ou l’animation en cours. Il visite également l’intendance et l’infirmerie. Pour terminer, une étape administrative est organisée afin de vérifier les documents obligatoires, les cotisations et les cahiers de comptabilité.

Durant la journée, le visiteur consacre un entretien d’une heure et demi avec le chef de camp au cours duquel il se réfère au livret du visiteur. C’est lors de cet échange qu’il va pouvoir faire un retour positif ou négatif sur chacun des points observés durant la visite. A l’issu de cet entretien, un avis favorable ou défavorable est émis et le visiteur propose des pistes de progression pour permettre au stagiaire d’évoluer dans sa fonction. Après quoi un rappel est fait sur les étapes de validation de la formation (dates de rendus de bilans à la COFO, envoi des certificats, etc..)

Le livret du visiteur est alors renvoyé au SN et clôture la visite de camp.

Le principe de l’évaluation en formation

L’évaluation en formation à deux objectifs principaux : d’une part, faire progresser le stagiaire dans l’acquisition de ses capacités et les reconnaître ; les formateurs et le stagiaire en étant co-acteurs. D’autre part, formaliser cette reconnaissance par une validation (délivrance d’un diplôme) ; les formateurs en étant responsables.

Cette démarche d’évaluation respecte nombre règles déontologiques chères au Mouvement. Elle s’articule atour de plusieurs grands axes : l’évaluation des capacités individuelles, l’évaluation basée sur l’observation, le respect de règles pratiques et enfin, la mise en œuvre d’une démarche au cœur de laquelle se place le stagiaire, véritable acteur de son évaluation.

Le formateur entre en jeu dans le cadre d’un soutien, d’une aide dans le processus de formation du stagiaire. Son évaluation et la validation de la formation doivent être fondamentalement constructives pour le bénéficiaire.

Pour rappel, la déontologie concerne tous les acteurs du Mouvement, à quel niveau ils soient.

Envie d’en savoir plus ? Consultez le dossier Méthode de la Formation et le mode d’emploi du visiteur

vendredi 27 mars 2009

Un camp bien préparé, c’est bon pour l’environnement !

Dans moins de quatre mois débutera ton camp. Mais c’est maintenant que se joue son impact sur l’environnement, via les choix que tu feras quant à sa localisation, son organisation, les courses, les repas… Petit tour d’horizon des pistes à explorer. Des questions pour toi bien sûr, mais aussi et surtout des questions à aborder avec les enfants. Un camp exemplaire est surtout un levier pour la pédagogie de l’exemple, vis-à-vis des louveteaux, des éclaireurs et des jeunes.

Lire la suite...

vendredi 13 mars 2009

Un camp sans voiture, c'est possible !

Un camp (presque) sans voiture, c’est possible ! Interview express de Josselin ALLYS, responsable de la Troupe de l’Oratoire à Paris …

Lire la suite...

lundi 17 novembre 2008

Monter un stand

Hervé Kasparian, éguipier régional développement en Val-de-Seine, revient sur son expérience de promotion du Mouvement dans le cadre d’un forum associatif. Découvrir ses conseils sur la tenue d’un stand EEUdF.
Télécharger des outils de recrutement dans la boîte à outils Développement.