lundi 1 octobre 2012

Fondant, craquant et gourmand, le chocolat unioniste, un régal pour les papilles !

fleur_chocolatDepuis 2006, l’opération Chocolats de Noël est proposée à tous les groupes locaux et partenaires associés qui souhaitent financer leurs activités d’année, camps et fonds de solidarité.

chocolat À la fois outil de communication 100 % unioniste et produit gourmand, les Chocolats de Noël représentent le cadeau idéal de fin d’année pour tous, adhérents, familles ou paroissiens.

Une façon originale de lever des fonds tout en proposant un produit de qualité, élégant et siglé au logo du Mouvement. Les chocolats fabriqués exclusivement pour les Éclaireurs Unionistes par le Maître chocolat Charles Chocolatier sont proposés à prix coûtant aux groupes. Grâce au soutien de Charles Chocolatier, le bénéfice des ventes revient intégralement aux groupes locaux !

Chaque ballotin contient un mélange de chocolats fins noirs ou lait, certains siglés d’une croix unioniste. Les chocolats sont disponibles en ballotins de 285, 425 et 500 grammes contenant chacune une petite carte de vœux. Chaque colis livré contient soit des ballotins de taille identique (Kit 1, 2 et 3) soit un assortiment de ballotins de tailles différentes (kit “découverte”).

Les bons de commandes des groupes locaux ou équipiers régionaux sont à renvoyer avant le 15 octobre à Martine Vergnes Pour tout renseignement: 06 82 27 66 97

Vous êtes une commission, ER, GL, paroisse, chorale ? Vous pouvez directement remplir le bon de commande en ligne ici.

mardi 8 novembre 2011

S'investir dans le Mouvement en valorisant notre différence !

franz_gl_niceInterview de Frantz Kohl, conseiller du groupe local de Nice.

Tombé dans la bona* dès son plus jeune âge, Frantz Kohl nous fait partager son engagement dans notre Mouvement en tant que conseiller de groupe local.

Aux personnes qui souhaitent s’investir dans le Mouvement, il conseille d’être attentif à l’évolution du Mouvement et du scoutisme, et surtout de valoriser notre différence : Les valeurs d’éducation que nous défendons méritent d’être mises en avant dans notre société matérialiste et consumériste.
A noter : Vous pouvez accéder au site du groupe local de Nice sur la toile en cliquant ici

  • Bona : En France, surnom d’une grosse gamelle de camp fabriquée initialement par deux éclaireurs, les frères Bonnamaux, Scoutopédia

Depuis quand es-tu dans le mouvement?
Depuis un petit bout de temps, j’ai été louveteau et éclaireur. Je suis devenu conseiller du groupe local car nous avons eu envie de recréer un groupe unioniste sur Nice. Étant membre de l’Eglise Réformé et ayant fait du scoutisme, on m’a demandé d’être conseiller et j’ai naturellement accepté.

Quels ont été tes motivations pour devenir conseiller d’un groupe local ?
Je crois au projet du Mouvement et j’avais envie de m’intégrer dans un projet. Voir également des responsables très motivés m’a donné envie de m’investir et de donner du temps à ce groupe local. Je pense que c’est nécessaire, encore plus qu’avant, de s’investir dans notre Mouvement par rapport à la société dans laquelle on vit et le type d’éducation que l’on veut offrir à nos enfants. Il y a un réel besoin de cet accompagnement des générations futures et le scoutisme permet cela.

Quels étaient tes attentes par rapport au groupe local ? Qu’as-tu mis en place?
Le groupe local vient juste de se créer donc ma première attente était évidemment de mettre en place chaque branche : l’année dernière nous avons créé les louveteaux, cette année les éclaireurs et nous espérons créer la Branche aînée l’année prochaine. Nous souhaitons générer une dynamique et créer notre histoire. Je ne suis pas de Nice et je ne connais pas l’historique unioniste de cette ville. Je pense que la transmission de la culture du Mouvement est très importante. Ainsi, il faut faire le lien entre les enfants et les aînés et retransmettre l’histoire protestante.

Quel est ton rêve pour ton groupe ?
Mettre en place un groupe suffisamment ouvert où chacun puisse s’exprimer.

Quels difficultés rencontres-tu?
La difficulté principale, c’est la difficulté financière parce que nous partons de zéro, nous n’avons pas de matériel. Ce qui serait utile pour un nouveau groupe, serait d’avoir au départ un fond de roulement de 1000 euros et une ou deux tentes. La deuxième difficulté de créer un groupe lorsqu’on n’est pas originaire de la région, c’est de retracer l’histoire du groupe, nous n’avons pas d’archives et pas de contacts avec les anciens. Nous aimerions savoir pourquoi les groupes précédents se sont arrêtés.
Puis, il faut aussi faire comprendre aux anciens scouts que nous sommes dans une situation très concurrentielle et que nous ne pouvons pas faire camper des enfants dans des tentes trop abimées, il faut avoir du matériel décent. Cependant, nous avons vite surmonté ces difficultés car nous avons été très soutenus par l’Eglise Réformé. Heureusement qu’ils étaient là, car c’est eux qui nous ont financé sur le moment. Ils nous ont offert un super local avec un terrain, un local spécifique pour les louveteaux et un local spécifique pour les éclaireurs. La difficulté c’est aussi de recruter et trouver des cadres et des responsables qui ont fait du scoutisme dans une région où il n’y avait plus de scoutisme.

Et comment avez-vous réussi à mobiliser des cadres et des responsables ?
Pour les responsables, nous avons été accompagnés et appuyés par Marine Lucas (Chargé de développement en Provence), ce qui a été très utile. Ensuite, nous avons créé tout de suite un site Internet. Même si ça prend du temps, je pense qu’utiliser les moyens de communication et être attentif aux administrations est important : créer un site Internet et une adresse mail, écrire au Maire et au Conseiller Général, les rencontrer.
Ensuite, nous avons collé des affiches dans les universités et dans l’ensemble des paroisses, envoyé des articles dans Nice matin (quotidien local) et utilisé les bulletins de paroisse. Après, c’est surtout le bouche à oreilles. Pour les cadres, ça se fait beaucoup par connaissance, les copains de copains et membres de famille. Nous avons également tout de suite intégré le pasteur comme cadre local.
Maintenant, le problème c’est de recruter des enfants.

Es-tu satisfait aujourd’hui de la dynamique du groupe ?
Oui, je préférais que ce soit encore plus dynamique : plus d’enfants, plus de responsables, plus d’argent, … Mais je trouve qu’en neuf mois, nous avons bien travaillé, nous avons organisé beaucoup de choses et réussi à mobiliser du monde à travers, entre autres, une journée centenaire et une exposition.

Et quels sont vos projets pour la suite ?
Aujourd’hui, le but c’est de consolider l’équipe de responsables et le projet principal est d’ouvrir la branche aînée l’année prochaine car je pense très important que les trois branches soient réunies. Et bien sûr, de continuer le développement numérique et de consolider le financement du groupe.

Un conseil à donner pour des personnes qui souhaiteraient s’investir comme tu l’as fait ?
Il ne faut pas se décourager ! Il faut croire au projet et il faut lire tout ce qu’il y a dans la bibliothèque numérique. C’est très important parce que le vocabulaire change. Il faut être au clair avec le projet éducatif des différentes branches autrement on risque de considérer qu’on fait du scoutisme comme il y a 30 ans. Il faut également aller à la formation 1,2,3 cadres, d’une part pour se motiver et d’autre part pour connaître les projets des autres.

Un conseil à donner aux parents ? Il ne faut pas hésiter à s’investir, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés. Si vous pouvez offrir un covoiturage ou si vous savez faire des gâteaux, coudre des foulards, aiguiser des couteaux, … Nous sommes ouverts à toutes les aides et tous les savoir-faire que vous êtes prêts à apporter. Participer à la vie de son enfant et du scoutisme est une belle expérience qu’offre le Mouvement. Dans un monde matériel et commercial, le Mouvement apporte un projet et des valeurs différents : l’éducation à la paix, à l’environnement, … Aux parents qui ne connaissent pas le scoutisme, nous sommes là pour vous accompagner avec votre enfant dans cette univers riche en expériences et découvertes. Nous sommes ouverts à tous.

centenaire_nice Fête du centenaire du Groupe local de Nice

lundi 18 avril 2011

Retour sur le WE Régional Normandie...

C’est Baden Powell, dites « BP », lui-même, qui a rassemblé les groupes locaux de Caen, le Havre et Rouen le premier week-end d’Avril, au Château de Tôt. Soucieux de leur rappeler qu’il y a 100 ans, il créa les prémisses du scoutisme en emmenant une horde de jeunes garçons, en soif d’aventures, sur une Ile. C’est donc sur les traces du scoutisme, avec BP pour guide, conteur et mentor, que louveteaux et éclaireurs ont dû braver les challenges et les obstacles, mais aussi réfléchir et se souvenir à quelle époque et dans quel contexte le scoutisme est apparu et s’est développé.


2011-04 WE Normandie


Experts en constructions, débrouillardises et techniques scoutes, mais surtout porteurs de valeurs et d’espoir, les louveteaux et éclaireurs se sont rappelés au-travers des activités ce que nous partagions ensemble.

Débarqués sur l’Ile de Brownsea, Baden Powell les a confrontés aux bases du scoutisme : montage des tentes, création de fanions, réalisation de nœuds, jeux d’adresse et course d’orientation. La veillée des louveteaux a remonté le temps jusqu’au 1er rassemblement « Jamboree ». Pendant ce temps les éclaireurs rejoignaient la Croix Rouge pour prêter mains fortes aux volontaires pendant la première Guerre Mondiale.

2011-04 we nORMANDIE

Après une bonne nuit de sommeil, louveteaux et éclaireurs ont créé leur monde idéal autour du texte biblique de la Création et d’un moment spi qui donne libre cours à leur imagination, mais est aussi l’occasion de débattre sur les éléments qui nous paraissent essentiels, et de défendre notre vision du monde. Le week-end s’est terminé par une activité soigneusement préparée par les Aînés de Caen, qui avaient pour mission de les faire mettre en scène les valeurs des EEUdF, après avoir « attrapé » les piliers du scoutisme qui s’étaient fait la malle dans la forêt !

Et c’est par un joyeux hasard que nous nous sommes retrouvés 101… entre louveteaux, éclaireurs, ainés, équipe de responsables et équipe régionale. Quoi de mieux qu’une photo de groupe pour conclure le WE régional 2011 !