Mot-clé - Interview

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 10 avril 2013

Interview de Marc Schaefer


Marc_Schaefer.jpgAnimateur dans divers mouvements de jeunesse, Marc Schaefer devient pasteur de l’Eglise Réformée de France en 2000. Son engagement en faveur des jeunes, il le vit à tous les échelons de l’Église. Il revient pour nous sur ses fonctions au sein de L’Eglise protestante unie de France (EPUDF) et nous parle de l’importance de la spiritualité chez les jeunes …

Lire la suite...

mercredi 31 octobre 2012

A la rencontre de Céline Moirod, nouvelle présidente de la Cobra !

Celine_moirodCéline Moirod est devenue présidente de la Cobra très récemment. Déjà très investie dans son rôle, elle a accepté de nous livrer les raisons de son engagement et nous a présenté le binôme avec qui elle travaille sur les projets à venir.

Lire la suite...

jeudi 31 mai 2012

CADRES : RETOUR SUR LE GRAND B'LOUP

amelie_mignonAmélie Mignon, responsable de la CoBC, revient sur l’évènement du dernier week-end de mai : le Grand B’loup

Peux-tu nous faire un bilan de ces 3 jours de formation ?

Le Grand B’Loup fut le rassemblement de près de 100 responsables et cadres du mouvement à Chaponost, du côté de Lyon. Ce fut 3 jours, de formations, de jeux, de fête et de partage. Les responsables repartent ravis de ce week-end, avec des idées pour la mise en place des outils pédagogiques sur leur camps mais aussi des conseils sur le froissartage, les camps sous la pluie, les costumes, …

Lire la suite...

RESPONSABLES : retour sur le Grand B'loup

amelie_mignonAmélie Mignon, responsable de la CoBC, revient sur l’évènement du dernier week-end de mai : le Grand B’loup

Peux-tu nous faire un bilan des 3 jours ?

Le Grand B’Loup 3 jours, de formations, de jeux, de fête et de partage. Ce fut une rencontre de près de 100 responsables louveteaux et louvettes venus de toute la France et qui ont, le temps d’un week-end, partager et échanger sur leur pratique. Ils repartent ainsi à un mois des camps, avec la tête remplie d’idées. Ce fut aussi un rendez-vous incontournable avec les 7 animaux qui les ont accompagné tout au long du week-end.

Quels ont été, selon toi, les temps forts du Grand B’loup  ?

Je dirais qu’il y en a eu deux. Tout d’abord les temps d’échange et de partage autour de leurs pratiques et des outils pédagogiques, tels que la promesse, la sizaine, l’histoire à vivre, la progression personnelle. Mais aussi sur l’explication du rapport d’orientation et son application en branche cadette. Ces moments ont permis un partage d’expérience très important entre les cadres du mouvement et les responsables. Ensuite, la rencontre avec les 7 animaux a permis de recréer cet univers imaginaire proposé aux enfants. Cela s’est terminé avec un concert des 7 animaux, avec tous nos classiques ainsi que des danses folkloriques.

Quelques petits conseils donnerais-tu aux responsables BC ?

A un mois des camps, j’ai déjà envie de leur souhaiter de belles réussites et découvertes avec les enfants cet été. J’ai aussi envie de leur dire de profiter et d’apporter aux enfants toutes leurs compétences pour qu’ils passent ensemble un beau moment. Enfin, en tant que responsables, ce sont eux les maîtres d’oeuvre de la pédagogie unioniste. Ce sont eux qui, à travers les activités, conduisent les enfants à devenir des citoyens autonomes et libres de leurs choix.

vendredi 11 mai 2012

L’envie et le plaisir de porter le projet éducatif des EEUdF.

Photo_interview_remiRémi Goguel, Secrétaire Général depuis 8 ans, partage avec nous sa passion pour sa fonction et pour le Mouvement.

Tu occupes le poste de Secrétaire Général depuis 8 ans maintenant, qu’est ce qui t’as poussé à prolonger ton mandat ?

Je m’étais engagé pour 2 ans au départ. Il se trouve que des raisons personnelles et des conditions internes ici, m’ont amené à prolonger mon engagement. Ma fonction a notamment connu des évolutions qui m’ont amenées à élargir mes missions et à relever de nouveaux défis pour le Mouvement. Chaque changement a renouvelé mon intérêt pour le poste.

Qu’est ce qui te plait dans ce poste ?

D’abord, la possibilité de progresser ! J’ai appris dans de nombreux domaines. Les responsabilités et les missions riches et variées attachées à la fonction de Secrétaire Général, m’ont permis d’être pleinement associé à la conduite du changement dans l’association pendant ces huit années, avec les instances dirigeantes bénévoles, Conseil d’Administration et Bureau.

Au départ ma fonction était très centrée sur la gestion administrative de l’association, puis en 2007 nous avons créé le poste de responsable administratif et financier, ce qui m’a permis de me consacrer au développement du Mouvement et de ses partenariats. Il y a aussi une forte dimension de représentation extérieure dans la fonction que j’occupe, avec une multiplicité de partenaires ecclésiaux, institutionnels, scouts, etc. qui m’a énormément plu.

J’aime aussi la dimension collective de l’action, le travail en équipe et en réseau. J’ai la chance d’animer l’Equipe Nationale, dont les salariés sont aussi militants du projet de l’association. Cette équipe rassemble aussi des bénévoles et ponctuellement des stagiaires et des volontaires en service civique. D’autre part j’ai collaboré avec plusieurs équipes de Bureau successives. Je trouve enthousiasmant de travailler avec des militants associatifs très engagés. Par ailleurs, le projet éducatif que porte l’association, donne un véritable sens à mon travail. Le projet des EEUdF, les buts et l’impact social qu’il vise, nous place dans une configuration différente de celle de l’ entreprise à but lucratif, en terme de sens et de rapport au travail.

Quelles sont les grandes orientations ou décisions prises pour le mouvement et auxquelles tu as contribué ?

J’ai contribué à l’élaboration des orientations à long terme de l’association à travers la préparation du rapport d’orientation 2008-2020, avec notamment un axe fort sur l’éducation à la protection de la nature et à une forme de vie simple. Il y a là pour moi un enjeu essentiel pour l’avenir.

J’ai participé à l’impulsion de la stratégie de développement, qui a permis au Mouvement de retrouver le chemin de la croissance, avec une hausse des effectifs de 25% au cours des quatre dernières années. Pour financer cet effort de développement, j’ai aussi contribué à redynamiser le réseau d’amis et de donateurs qui soutiennent l’action du Mouvement.

Mais bien sûr tous les résultats obtenus sont d’abord le fruit d’un travail collectif, collaboratif, porté par l’ensemble des membres de l’association.

Tu vas prochainement passer le relai à un successeur. A ton avis, quels défis doit-il s’attendre à devoir relever ?

Sur l’éducation à la protection de la nature, l’un des principaux défis sera de composer une équipe de bénévoles pour porter ce dossier qui est actuellement en panne.. Sur le développement des ressources, nous engageons actuellement un programme de recherche de « grands donateurs », qui suppose une approche renouvelée de nos relations avec nos donateurs et plus largement avec notre réseau.

Le prochain secrétaire général devra aussi soutenir et accompagner le Bureau et l’équipe en charge du développement, dans la mise en œuvre du nouveau plan de développement et d’une stratégie globale qui visera à articuler le développement avec beaucoup d’autres leviers et vecteurs de croissance.

Actuellement nous cherchons mon successeur, le recrutement est en cours et j’espère avec ces quelques lignes, susciter de l’intérêt pour ce poste !

Pour visualiser l’offre de poste, cliquez ici

Propos recueillis par Marjorie Leduc

lundi 16 avril 2012

La médiation, ça marche, même entre responsables !

Lors d’un des camps que tu dirigeais, tu as utilisé la médiation pour traiter un conflit entre deux responsables. Peux-tu nous décrire la situation ?

Je dirigeais un camp, avec la même équipe de responsables que pendant l’année. Parmi les responsables, deux ne s’entendaient pas bien : ils se lançaient des piques régulières, se cherchaient en permanence. L’un était en position de dominateur, l’autre de dominé.
J’avais essayé de régler ce conflit pendant l’année, en anticipant pour le camp et j’avais alors discuté avec chacun. L’un percevait l’autre comme hautain et suffisant mais passait au-dessus en affirmant que ça ne l’affectait pas. L’autre ne comprenait pas pourquoi le premier lui en voulait ni pourquoi il avait ce comportement mais y répondait de la même manière. Il vivait très mal la situation.

Lire la suite...

mercredi 14 mars 2012

Focus sur Hélène Balas, nouvelle secrétaire du bureau

helene_balas
Elue il y a quelques semaines secrétaire des EEUdf, Hélène Balas, éducatrice de jeunes enfants devenue conseillère en formation continue, semble incarner à travers son parcours et sa relation avec le mouvement le célèbre adage « Partir pour mieux revenir ».


Une vocation sociale évidente

C’est une femme engagée et volontaire qui décroche le téléphone et nous explique son parcours, son désir de s’impliquer dans des activités bénévoles, ses évolutions professionnelles et bien sûr le lien particulier entretenu au fil des années avec les EEUdf.

D’abord éducatrice de jeunes enfants puis formatrice d’adultes dans les domaines de l’enfance, la petite enfance et le travail social, Hélène, soucieuse d’évoluer dans son domaine et curieuse de découvrir le métier de conseillère en formation, reprend ses études en 2007. Depuis, elle prend en charge la formation d’adultes dans la filière tertiaire au GRETA des Deux-Sèvres.

Ce nouvel élan, qui révèle un intérêt marqué pour le changement et une vocation sociale évidente, va lui donner envie de s’engager à nouveau au côté des EEUdf après un grand break…

« Partir pour mieux revenir »

Tour à tour éclaireuse, aînée marin, responsable Louveteaux, membre de l’équipe régionale Midi-Pyrénée et formatrice BAFA, Hélène stoppe ses activités avec les scouts unionistes durant plus de 15 ans pour se consacrer à sa vie de famille, son travail et à d’autres engagements bénévoles.

C’est la lecture d’un mail qui va lui susciter l’envie de réendosser le foulard et de faire partie du Conseil d’Administration. Emballée par l’évolution du mouvement et son projet éducatif, Hélène répond à l’appel et rejoint le bureau en tant que secrétaire lors de la dernière Assemblée Générale à Poitiers.

« Ma priorité, pour le moment, est de m’approprier ma nouvelle fonction et de comprendre les enjeux actuels du mouvement durant mon année de mandat » nous explique-t-elle. Au programme des prochains mois : la préparation du week-end de rentrée et le programme de prévention sur les conduites addictives.

jeudi 8 mars 2012

Le scoutisme au féminin, interview de Laure Salamon

laure_salamon_journée_femme


A l’occasion de la Journée de la femme, nous avons rencontré Laure Salamon, présidente de la Commission Mixité des EEUdf. Retour sur un parcours d’éclaireuse engagée, portée par la défense de l’égalité entre les sexes au sein du mouvement.


Racontes-nous ton parcours. Pourquoi t’être investie dans le Scoutisme Unioniste ?

J’ai commencé à l’âge de 7 ans, à Vélizy dans les Yvelines. J’ai été louvette pendant 4 ans, puis éclaireuse 3 ans, et aînée 2 ans, avant de devenir responsable dans les différentes branches. Plus tard, j’ai été équipière pour la Région Val de Seine puis je suis entrée à la Commission Internationale en 2003. J’ai quitté cette commission pour créer la commission mixité en 2010.

J’ai adhéré et me suis investie dans le Scoutisme parce que cette activité différente et complémentaire de l’école m’apportait beaucoup, j’avais l’impression d’apprendre plein de choses, j’aimais bien camper dans la nature, et, quand on vit en ville, c’est plutôt chouette.

Et puis très tôt, je me suis sentie concernée par la question de l’égalité fille-garçon. A l’école, les filles et les garçons n’étaient pas traités pareils, je ne pouvais pas vraiment jouer au foot par exemple parce que « c’était le sport des garçons »! Alors que chez les louveteaux, les enfants participent à toutes les activités sans discrimination. Quand je suis devenue sizenière* , j’étais contente de prendre des responsabilités.

J’ai continué aussi parce que j’y avais une bande de copains avec laquelle j’ai grandi et que je continue de côtoyer.

Penses-tu qu’être une fille modifie l’expérience vécue du scoutisme ?

Je ne pense pas. Je crois surtout que l’expérience vécue est ressentie d’une manière différente selon les individus mais qu’elle n’est pas liée au sexe. On fait les mêmes activités, qu’on soit une fille ou un garçon.


Quels rapports existaient-ils entre les garçons et les filles lorsque tu étais louvette, éclaireuse puis aînée ? Ces rapports ont-ils évolué avec le temps ?

Il n’y a pas eu de problème, que ce soit en tant que louvette où en tant qu’aînée. Par contre, mon expérience en tant qu’éclaireuse a été un peu plus compliquée. J’avais 12 ans, et pour la première fois, une équipe de filles était créée au sein d’une troupe exclusivement masculine.

C’était très compliqué au début parce qu’on ne savait pas faire grand-chose, il a donc fallu un peu de temps pour arriver au même niveau. Mais une fois que les filles ont appris le froissartage etc, elles étaient capables comme les garçons de construire des tentes surélevées ou d’avoir des coins d’équipes de grande qualité.

Le projet éducatif des EEUdF souligne le fait que l’on éduque les garçons et les filles de manière égalitaire. Toutes les activités proposées par les responsables sont réalisables, quel que soit le sexe des enfants. Il n’y a aucune discrimination.

Donc selon toi, le Scoutisme instaure une égalité fille-garçon ?

Oui, je pense. Le projet éducatif du mouvement est axé sur la prise de responsabilité de chacun. Filles ou garçons peuvent devenir chefs d’équipe, manager une équipe d’enfants mais aussi de responsables, d’adultes. Ce sont des choses qui ne sont pas forcément possible dans le monde de l’entreprise, une femme aura toujours plus de difficultés à accéder à des postes de managers, les statistiques le disent.

L’égalité Fille-garçon au sein du mouvement semble quant à elle plutôt ancrée. J’ai pu m’en rendre compte lors de la diffusion d’un questionnaire remis aux responsables par la Commission Mixité.
Beaucoup avouent respecter cette égalité fille-garçon, mais le plus souvent de manière inconsciente. Mais cela ne veut pas dire que la question du sexisme et des stéréotypes véhiculés ne doit pas être évoquée.

D’ailleurs, parfois on prend conscience que l’on véhicule des stéréotypes sur le sexe inconsciemment. Cela m’est arrivé sur un camp où l’on s’est rendu compte que les responsables hommes animaient tout le temps le Foot et les responsables femmes s’occupaient de la cuisine. Ce qui fait que les filles, qui souvent avaient plus d’affinités avec les femmes, faisaient la cuisine et les garçons, plus proches des hommes, jouaient au foot.

On s’est alors demandé si nous, responsables, ne véhiculions pas des stéréotypes.
On a alors organisé une « roue des services », une rotation dans les activités, pour obliger d’une part les animateurs à tourner, mais surtout pour permettre aux enfants de ne pas s’enfermer dans les mêmes activités.

Un dernier mot pour finir …

Je voudrais conclure en disant que même si les femmes ont acquis un certain nombre de droit, chacun d’entre nous véhiculent de manière plus ou moins consciente, plus ou moins prononcée, des stéréotypes sexuels.

Chaque individu se construit grâce à sa famille, ses amis, ses expériences (en tant que scout par exemple), mais aussi grâce à l’école et ses apprentissages.
C’est une construction beaucoup plus large que ce que l’on pense, et l’influence que les responsables de notre association peuvent avoir sur les enfants et les adolescents n’est pas négligeable.

Il est donc important de questionner nos pratiques et nos activités.



mardi 11 octobre 2011

Les EEUDF répondent à la boîte à question !

Pour fêter encore une fois et comme il se doit le centenaire de notre Mouvement, les EEUdF ont accueilli, le samedi 8 octobre à la Maison protestante de Paris, des personnalités de l’Eglise protestante, des anciens du mouvement et des représentant des différents mouvements.

eeudf_centenaire_boite_questionAu programme de la journée : Buffet, feu de bois, tour de magie, chants scouts et grillades dans le jardin. A l’intérieur, les invités pouvaient découvrir une expo de la région Alsace-Lorraine retraçant les 100 de scoutisme unioniste, un ciné club historique, un ciné club actuel et une expo photo. Près de 300 convives étaient présents, à cet événement en plein cœur de Paris.

A cette occasion, La toile scoute était sur place, ils ont filmé et réalisé dans la soirée, une boîte à question spécial EEUdF !
Découvrez- là sur leur site ici

toile_scoute_logo

jeudi 10 février 2011

Retour sur l'Assemblée Générale à Lille les 29 et 30 janvier

Les Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France ont tenu leur Assemblée Générale à Lille les 29 et 30 janvier derniers. Au programme : célébration du Centenaire, rédaction du Plan d’Action National, témoignages d’anciens, etc. Près de 200 personnes étaient réunies pour construire ensemble l’avenir du Mouvement !

Ces deux jours de discussions, d’échanges et de votes ont permis de construire un nouveau Plan d’Action National définissant les actions prioritaires du Mouvement pour les trois années à venir. Les délégués se sont positionnés sur un document de travail élaboré suite à des débats dans l’association. Ils ont rédigé un texte cohérent à partir du rapport du Rapport d’Orientation 2008-2020 mettant en avant les éléments constitutifs des EEUdF : un Mouvement protestant de scoutisme ouvert à tous, acteur de l’éducation à la paix et à l’écocitoyenneté.

Éducation des jeunes par les jeunes, intergénération, communication non violente, mixité, simplicité volontaire, … ont été au cœur de débats passionnés et passionnants. Ils prouvent la force de conviction et l’enthousiasme des bénévoles qui font le Mouvement.

Groupe travail AG 2011

En 2011, les Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France ont 100 ans ! L’Assemblée Générale a été une occasion pour lancer les festivités du Centenaire et relire 100 ans d’engagement au service de la société. Une veillée ouverte à tous a été organisée. Elle s’inscrivait dans le cadre des « 101 actions » - défi national proposant de faire 101 actions pour cent ans de scoutisme unioniste. Fêter le Centenaire pour envisager l’avenir, comme le rappel le slogan de cet événement : « 100 ans d’avenir ». Ce contexte historique a également rassemblé des anciens du Mouvement qui ont témoigné de ce que le scoutisme leur a apporté. Leurs témoignages seront très prochainement accessibles sur le site « 100 ans d’histoire » (via www.eeudf.org).

AG lille

Merci à Jérôme Kasparian qui quitte le Bureau pour la Commission Education à la Paix, pour son engagement ces dernières années et merci également à Olivier Thomas qui a rejoint “les 10” du Conseil d’Administration. Nous remercions l’équipe régionale Nord, le groupe local de Lille, ses aînés, ses parents ainsi que tous les bénévoles qui se sont mobilisés pour l’organisation de l’Assemblée Générale. La chaleur de l’accueil, les repas excellents et l’organisation sans faille ont offert un cadre idéal à nos débats.
Encore merci pour ce chaleureux accueil et un bon anniversaire à notre Mouvement porteur de sens depuis 100 ans !

Pour en savoir plus sur les « 101 actions », rendez-vous sur www.tipee.org
Pour lire le Rapport d’Orientation 2008-2020, rendez-vous sur www.eeudf.org

vendredi 21 janvier 2011

La Cité de formation de Noël, lieu de formation, d'échanges et d'interviews

Entre Noël et le jour de l’an, la Cité de formation a réunion des dizaines de personnes à Vaudeurs, près de Sens. L’occasion pour le service communication de mener des interviews…
Paul (22 ans, étudiant en première année en école d’ingénieur dans le Bois des Vosges, BAFD), Emmanuel (22 ans, étudiant en droit, BAFD) et Vincent (19 ans, lycéen, BAFA) ont répondu à toutes nos questions !

Lire l’interview

Lire la suite...